Niger

63e anniversaire de la République du Niger: les grandes articulations du message du Chef de l’Etat, Mohamed Bazoum

Le 17 décembre 2021, veille de la fête de la république, la 63 è édition qu’accueille la région de Diffa, Diffa N’glaa, le chef de l’Etat, président de la république du Niger, Mohamed Bazoum s’est adressé au peuple du Niger. Un message qui s’est articulé autour de six (06) principaux axes. Nous revenons ici sur les grandes lignes de cette allocution du Chef de l’Etat.

(Les Échos du Niger 18 déc)Sécurité et lutte contre le terrorisme, agriculture et lutte contre la faim, l’éducation nationale, lutte contre la fraude et la corruption, retour progressive des déplacés de Diffa puis la vaccination contre la pandémie du coronavirus tels étaient les sujets abordés par le Président de la République dans son message à la nation, qui fête la 63è anniversaire de la république.

Parlant de la festivité en cours, « C’est un moment de communion et de solidarité que nous célébrons cette année à Diffa autour des valeurs qui fondent notre histoire commune et notre volonté de bâtir une nation prospère de travail et de fraternité » a précisé le chef de l’Etat qui a félicité les populations du Manga pour leur mobilisation dans la réussite de cette édition de la fête de la République. Point par point, le président a abordé ensuite les préoccupations de la préoccupées menacée depuis 2015 par une forte insécurité liée à la montée en puissance du terrorisme au Sahel et précisément au Niger entourée uniquement de pays sont pénétrés à répétition des actes terroristes à savoir, le Burkina-Faso, la Lybie, le Mali, le Nigeria, et le Tchad.

Insécurité et lutte contre le terrorisme, l’éternel défi…

Depuis les premières menaces en 2015, certaines localités du Niger sont demeurées nids d’ insécurité grandissante. Ceci, en dépit des nombreuses mobilisations de l’armée avec l’appui de divers partenaires étrangers et pays voisin pour combattre ce fléau que partagent en commun les pays du Sahel. Ainsi, « cette année encore, la grande préoccupation pour notre pays reste malheureusement l’insécurité comme cela est le cas depuis 2015 » a expliqué le Chef de l’Etat Mohamed Bazoum insatisfait. Car, « Malgré nos efforts réels et l’amélioration sensible des performances de nos forces de défense et de sécurité, les agressions criminelles et terroristes contre les paisibles populations vivant le long des frontières de certains de nos voisins persistent » a-t-il souligné.

Cette situation d’insécurité croit-il savoir, se manifeste à travers des agressions et « les assassinats à plus ou moins grande échelle, la soumission des populations au paiement de tribut, le vol de bétail, les enlèvements pour des rançons, les mises à feu des greniers et des écoles, les feux de brousse délibérés, etc ». Un climat délétère face auquel la population garde cependant le moral et ne baisse aucunement les bras. Selon le président de la République, elles font preuve de dignité et de résilience, ne cédant ni au ressentiment ni au découragement confiant de la présence de l’Etat à leur côté « à travers un effort sincère de déploiement des forces de défense et de sécurité ». D’ailleurs, le président a reconnu et salué le sens de patriotisme desdites forces qui, dit-il « mobilisées et projetées sur des théâtres dangereux s’acquittent de leur devoir avec professionnalisme et dignité ». Aussi a-t-il rendu un hommage mérité à ceux qui ont été jusqu’au sacrifice suprême dans cette défense de la patrie. En annonçant une évolution satisfaisante de la situation, il dit garder l’espoir de meilleur lendemain. « La situation globale connaît une évolution positive. Elle s’améliorera davantage lorsque nous serons en possession de tous les équipements militaires dont nous avons passé les commandes » selon le Chef de l’Etat. Il est revenu sur l’épisode du 27 novembre 2021 Téra a été assorti de la tragique disparition de trois compatriotes. En déplorant le dysfonctionnement ayant été à la base de cette tragédie, il a annoncé des enquêtes en cours pour mettre au clair la situation et surtout, parvenir à « identifier ceux qui ont organisé cette manifestation illégale et qui portent la responsabilité morale de la mort de ces jeunes». L’Etat français en fera de même afin que des sanctions suivent également. Convaincu de a grandeur du défi sécuritaire dans le Sahel, le président Bazoum a rappelé le nécessité d’une formation conséquente et adaptée des forces de défense, ce à quoi à s’attèle l’Etat qui a sollicité le service d’Etat ami pour le renforcement continue de capacité de l’armée et le succès des diverses opérations. Les Etats-Unis d’Amérique, la France, l’Allemagne, la Belgique, le Canada, et l’Italie ont été les vrais alliés salués par Mohamed Bazoum. L’Algérie n’a pas été du reste pour son « soutien constant et multiforme » au Niger dans son combat contre le terrorisme. In fine, le chef de l’Etat a exhorté ses compatriotes à regarder dans la même direction et surtout lutter contre conflits intercommunautaires pour sauvegarder la cohésion nationale, gage de paix durable et de développement pour tous. A Diffa, ce pari est en train d’être relevé avec succès. C’est ce qui permet de venir célébrer en toute quiétude cette fête de la république. Cela témoigne de ce que la tension qui y est née depuis sept années s’apaise progressivement. En témoigne le retour d’un grand nombre de déplacés, telle que promis par le président Bazoum à son investiture. A ce jour, plus du tiers de la population est ramené à Diffa a confié le chef de l’Etat. Jadis contrarié par des facteurs sécuritaires et économiques, le gouvernement affronte au mieux ces défis et l’opération sera bientôt conduite à son terme a promis Mohamed Bazoum qui a exhorté les partenaires à continuer par œuvrer aux côtés de l’Etat afin de mettre en œuvre toutes les mesures de relèvement que nous avons prévues. Optimiste, « la région de Diffa sera une région économiquement attractive et connaîtra les prochaines années une croissance remarquable » a confié le chef de l’Etat. Quant aux réfugiés nigérians de l’Etat de Borno, ils ne tarderont pas eux aussi à goûter à ce bonheur a rassuré le chef de l’Etat.

Sécurité alimentaire et lutte contre la faim… Dans son message, le président Bazoun est égrainé un chapelet d’actions concocté par le gouvernement pour lutter contre la faim et la malnutrition en raison des difficultés qui ont entaché la saison agricole. Il s’agit d’achat de stocks alimentaires pour la distribution gratuite, la vente à prix modéré, l’appui aux cantines scolaires, appui au secteur agricole pour la réalisation et la réhabilitation de petits périmètres irrigués avec usage d’intrants agricoles en quantité et en qualité, appui au secteur pastoral par la mise en place à temps des aliments pour bétail, appui au secteur de l’hydraulique par la réalisation de points d’eau pertinents, appui au secteur de l’environnement pour le traitement des terres dégradées, la lutte contre les plantes envahissantes et l’empoissonnement des mares et enfin, l’appui au secteur de la santé pour lutter efficacement contre la malnutrition. Avec une pluviométrie déficitaire avec 2,5 millions de personnes victimes d’insécurité alimentaire et nutritionnelle sévère, une couverture fourragère déficitaire à plus de 50%, le gouvernement n’a pas tardé à prendre ses responsabilités. Un plan d’urgence intermédiaire a été initié et couvre la période allant de novembre 2021 à mars 2022. C’est en effet, 160 milliards de francs qu’a injecté le gouvernement en prélude à l’élaboration du plan national de soutien qu’a promis le chef de l’Etat, sera effectif incessamment. Dans ce cadre, le gouvernement prévoit des « achats et stocks alimentaires pour la distribution gratuite, la vente à prix modéré, l’appui aux cantines scolaires, appui au secteur agricole pour la réalisation et la réhabilitation de petits périmètres irrigués avec usage d’intrants agricoles en quantité et en qualité, appui au secteur pastoral par la mise en place à temps des aliments pour bétail, appui au secteur de l’hydraulique par la réalisation de points d’eau pertinents, appui au secteur de l’environnement pour le traitement des terres dégradées, la lutte contre les plantes envahissantes et l’empoissonnement des mares et enfin, l’appui au secteur de la santé pour lutter efficacement contre la malnutrition ».

En s’appuyant sur son fort potentiel en ressource hydraulique, « 50 milliards de m3 d’eau avec des capacités de recharge de 2 milliards de m3 par an » notamment dans la région des Dallols, le Niger envisage la mise en valeur de 2 millions d’hectares supplémentaires pour l’irrigation. Le Niger entend tirer le maximum de profit pour assurer son autonomie alimentaire. A propos, « Mon ambition est de profiter de ce potentiel pour accélérer le processus de transformation structurelle de notre agriculture afin qu’elle assure notre sécurité alimentaire et contribue à la création d’emplois pour les jeunes et la génération de revenus pour les populations ainsi que des devises pour l’Etat » a expliqué Mohamed Bazoum. Déjà, un programme des pôles agro-industriels intégrés verra le jour à travers la création d’un parc agro-industriel dans chaque région pour la transformation et la commercialisation des produits issus des chaînes de valeurs retenues.

Une éducation de qualité le Grand chantier de Bazoum…

Campus universitaire de Niamey

Au niveau supérieur, un recrutement de recrutement en cours devrait permettre l’intégration de 175 nouveaux enseignants chercheurs. « J’ai ordonné le recrutement de tous les enseignants chercheurs et enseignants technologues dont ont besoin nos universités ». Face au défi du développement la professionnalisation de la formation n’a pas échappé au Chef de l’Etat. « Notre démarche consiste à rationnaliser notre action en mettant l’accent sur la qualité du corps des formateurs, l’acquisition d’équipements conséquents et la disponibilité de la matière d’œuvre » a-t-il fait savoir. Pour assurer l’équité dans la formation dans la droite ligne de la notion du genre, des internats sont annoncés au profit des jeunes filles. Le Niger nourrit de grande ambition dans ce sens et entend associer en mars prochain, une table ronde des bailleurs de fonds sur l’éducation de la jeune fille. Ce sera, a confié le chef de l’Etat, « l’occasion de mobiliser des fonds importants pour la mise en œuvre de notre ambitieux programme en la matière ».

Carte blanche à la Halcia pour réprimer les fraude et corruptions partout où c’est nécessaire…

Selon le président Mohamed Bazoum, la fraude, la corruption et surtout l’impunité sont les ennemies du développement. C’est ce qui a justifié dès les premières de son institut, son engagement à les combattre. Cela passe par la nécessité de trouver des hommes de qualité pour animer les institutions investies de cette mission. Un défi que le président s’est « flatté » d’avoir relevé. « J’ai nommé à la tête de la haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (Halcia) un magistrat reconnu pour son intégrité et je lui ai donné carte blanche pour mener son action partout où cela est nécessaire ». Cela permet de conduire avec professionnalisme et sérénité les missions assigné à l’organe et déjà, des résultats et autres pistes importante permettront de recouvrir les prochains jours, des sommes importantes indûment perçues par des agents de l’Etat sans aucune base légale ou en violation de la loi. Déjà, « la collaboration de la Halcia avec les services des impôts, des douanes et du trésor a permis le recouvrement d’une somme de plus de 11 milliards de francs au titre du rétablissement des irrégularités pour l’année 2021 » a rapporté le chef de l’Etat. En vue de garantir une chance égale à tous les fils et fils du Niger, le président a instruit que la Halcia soit partie prenante à tous les examens et concours, pour veiller à la transparence et à la qualité et traquer toute fraude. Pour l’optimisation des recettes publiques et une meilleure mobilisation, le ministre des finances a été également instruit à l’effet de rationnaliser la délivrance des exonérations, « grande porte de la saignée des deniers publics ». En clair, le président a redit son engagement à combattre tout vice qui irait contre l’intérêt public. Ce qu’il importe de combattre également selon le président de la république est la pandémie qui fait ravage, le coronavirus. Dans son adresse, il a appelé la population à aller se faire vacciner contre la COVID-19. En indiquant que la maladie dangereuse peut être facilement combattue, il a indiqué le vaccin est la seule solution, ce qui ne manque pas pour l’heure au Niger.

La Rédaction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :