Actualités Élections Niger

Alliances 2e tour: les girouettes bougent .

©Échos du monde

Par Youssouf Sériba

Depuis la proclamation des résultats globaux provisoires du double scrutin législative et présidentielle 1er par la Commission électorale le 2 janvier dernier, 2 personnalités politiques sont au cœur du débat politique et au centre de toutes les attentions. Ces deux hommes politiques suscitent de l’intérêt par-delà même les frontières du Niger depuis que le sort du peuple nigériens et celui d’intérêts particuliers d’ici et d’ailleurs sont entre leurs mains. Arrivés respectivement en 3e et 4e position au premier tour de l’élection présidentielle Seyni Omar du Mnsd (8,95 % des voix) et Albade Abouba du Mpr(7,07) sont les grands faiseurs de roi pour le 2e tour de l’élection présidentielle qui aura lieu le 21 février prochain. D’ici la validation des résultats globaux provisoires par la cour constitutionnelle voir l’ouverture de la campagne pour le 2e tour, ses deux mastodontes de la classe politique devront chacun se prononcer en faveur d’un des deux candidats (Mohamed Bazoum ou Mahamane Ousmane) en lice pour l’ultime bataille. Seyni Omar et Albade Abouba auront un choix à priori simple à faire pour le 21 février, d’un côté le candidat qui entend consolider les acquis de la Renaissance et de l’autre le candidat du changement porteur d’un nouveau projet de société pour le Niger intitulé les (sept) 7E. La pression sur les deux hommes est à son comble elle est en effet à la hauteur de l’enjeu inédit à la clé de ce deuxième tour : l’alternance. Les deux faiseurs de roi ont le choix entre l’alternance dans la continuité ou la grande alternance l’alternance fondamentale, celle qui mettra au pouvoir d’autres visages et le renouvellement auquel aspirent tant et tant de nigériens.

© Ousmane Sani

Du côté de Albade Abouba c’est la sérénité, l’ensemble des leaders, président de section et président régionaux sont sur la même longueur d’onde. D’une source interne au bureau politique national nous avons appris la tenue d’une réunion restreinte aux présidents régionaux du Mpr. Au cours de cette rencontre qui s’apparente à une sorte de consultation voulu par le président du parti, une position s’est clairement dégagée, 7 présidents régionaux sur les 8 se sont prononcé pour un soutien en faveur du candidat du Rdr Tchandji, l’ancien président de la République Mahamane Ousmane. Selon notre source, le parti prévoit de rendre public sa position et appelé les militants à voter Ousmane aussitôt que les résultats globaux provisoires seront validés par la cour constitutionnelle. C’est donc une imperturbable sérénité qui règne au sein parti d’Albade Abouba qui a déjà fait son choix à l’interne reste plus qu’à le rendre public.

Faiseur de roi au désarroi…

©web

Si le président du Mpr Jamhuriya jouit du soutien de l’ensemble de ses lieutenant prêts à le soutenir dans son choix pour l’intérêt du Niger, du côté de l’autre faiseur de roi on ne peut pas en dire autant. Seyni Oumarou se retrouve dans une situation très inconfortable, emmuré dans sa résidence, l’ancien premier ne sort plus et refuse les visites, selon nos sources. Une sorte de retraite spirituelle en vue de la décision politique à prendre par un bureau politique sur lequel il a en réalité très peu d’emprise. Et pourtant, le président du Mnsd dans son for intérieur a déjà fait son choix et celui-ci n’est pas en contradiction avec les propos qu’il a tenu dans le sillage de campagne présidentielle du premier tour ni avec sa requête introduite auprès de la cours constitutionnelle sur la nationalité de Mohamed Bazoum. Aussi, « le choix de Seyni est en parfaite harmonie avec la position de l’écrasante majorité des 297 membres du bureau politique » indique une source dudit bureau politique contacté par Echos du Monde. C’est qui perturbe le choix du Mnsd, et inquiète Seyni dans son recueillement, c’est un groupuscule de leaders départementaux du parti qui semble acquis à la cause « Sai Bazoum ». Le choix de Mahamane Ousmane est donc loin de faire l’unanimité au sein du bureau politique. Seyni Omar encore une fois se retrouve dans la position de devoir gérer des résistances visiblement liées à des interférences externe au parti de feu Tandja Mamadou.

Seyni Omar a-t-il déjà exprimé son choix en refusant de se rendre à Tahoua dans l’avion de Bazoum pour les condoléances à Albade ?…

En dépit de tous les clichés rependus sur l’homme, notamment sa supposée arrogance, le président du Pnds Tarayya fait partie des leaders politiques les plus accommodants en terme de sociabilité, c’est indéniable. On s’en souvient tous de la sollicitude dont il a fait preuve à l’égard de Mahamane Ousmane et sa famille à l’occasion du mariage de sa fille(Safia) en aout 2018, l’image de la présence de Bazoum à la cérémonie côte à côte avec Ousmane a fait le tour de la toile. Aussi, qui peut oublier l’élégance ainsi que la hauteur d’esprit avec laquelle le président du Pnds Tarayya s’était rendu au chevet de Hama Amadou pour lui présenter ses condoléances suite au décès de sa mère en novembre 2019 alors qu’il rentrais d’exil. Les images des deux hommes assis dans un même fauteuil à attendri plus d’un. C’est incontestable le président du Pnds Tarayya à cette capacité de transcender les rivalités politiques pour donner aux évènements sociaux toutes leur importance. C’est animé de la même hauteur d’esprits que Mohamed Bazoum s’est rendu à Tahoua le vendredi dernier 15 janvier 2021 pour présenter ses condoléances à Albade Abouba suite au décès de sa mère, le jeudi 14 janvier. Avant son déplacement sur l’Ader, Mohamed Bazoum a envoyé deux émissaires auprès du président du Mnsd Seyni Omar pour lui proposer de faire le voyage sur Tahoua ensemble à bord de son avion. Seyni le faiseur de roi a gentiment décliné l’offre qui lui est parvenu par les canaux de l’opérateur économique Mohamed Rhissa, Pdg du groupe Rimbo et un certain Sabo. Par cet acte, Seyni Omar envoie un message clair à Mohamed Bazoum. En attendant la rencontre du bureau politique du Mnsd qui seul habilité à statuer sur le choix du candidat qui bénéficiera du report de voix du Mnsd le 21 février prochain, le président du Mnsd à quand à lui donné le ton.

%d blogueurs aiment cette page :